Tout le monde a des flashbacks de temps en temps...

Tout le monde a des flashbacks de temps en temps.
Ils arrivent comme ça ! Sans prévenir. Un lieu, une sensation, une odeur... On ne sait pas toujours très bien ce qui provoque ces instants magiques.

Pour moi, c’est la Wax. Vous savez, cette paraffine parfumée dont on recouvre les planches de surf avant de se jeter à l’eau. Il suffit que je sente l’odeur fruité de cette petite pâte pour avoir de nouveau 15 ans. Comme par automatisme, je porte la Wax à mon nez ... Lentement je la sens.

Somewhere, sometime ...

Je ferme les yeux et je suis au bord de l’océan, les pieds dans l’eau et les cheveux au vent. Derrière moi, une petite colline verdoyante, surplombée d’un phare, me protège du vent. À ma gauche des rochers noirs de lave dévalent la pente pour se perdre dans l’océan. Des vagues se forment en ouverture de baie et viennent déferler sur le fond de sable fin. Des odeurs sucrées de mangues parviennent jusqu’à moi, vites balayées par une brise marine iodée. En me concentrant plus, j’entends les rires de mes amis qui s’éclaboussent et glissent sur les vagues. Ça y est, j’y suis. Je visualise, je me retrouve dans ce décor paradisiaque et pour 5 petites minutes, je ne suis plus Zelie mère de deux enfants, mais une adolescente surfeuse qui profite des vagues, comme si sa vie en dépendait.
Voila ce que je ressens à chaque fois que je me rends dans un Surf Shop !

Cette fois-là, Crapulette me tire par la manche, gênée. Elle me dit d’arrêter, que le vendeur me regarde... C’est vrai... Mais ce doit être un surfeur, lui aussi, car il ne semble pas surpris de me voir renifler les petits palets de toutes les couleurs... Avec un sourire complice, il me montre tout son arrivage de maillots, shorts, combinaisons... Seulement, je ne suis pas là pour moi. Je cherche juste un maillot pour la piscine pour Crapulette.
Trop petite !

Ce n’est pas grave, j’ai passé un bon moment et je reviendrai. Pour m’évader...

Pour lire l’article sur la boutique, c’est ici
Crédit photo : Sex Wax et Olivier P